Devons-nous crier pour nous faire entendre ?

Le Planning lance la campagne #NousExistons dans le cadre de la Journée Internationale de Lutte contre le sida. Ce cri du cœur scandé par des femmes séropositives n’a aucune dimension victimaire, ce cri fait la synthèse des inégalités subies par les femmes séropositives face aux hommes séropositifs. Ce n’est d’ailleurs pas un simple cri mais bel et bien un acte militant porté par des femmes concernées. Elles crient pour elles-mêmes et pour toutes les autres femmes séropositives, qui pour des raisons diverses n’ont pas pu prendre la parole publiquement.

35 ans après la découverte des premiers cas du sida, les femmes demeurent très largement un impensé dans l’épidémie à VIH. Et pourtant elles représentent plus de la moitié des personnes vivant avec le virus dans le monde ! Oubliées des campagnes de prévention, absentes des recherches thérapeutiques, culpabilisées voire rejetées lorsqu’elles découvrent la maladie, les femmes doivent à la fois faire face à des facteurs de vulnérabilité spécifiques et à un vécu bien souvent caractérisé par le secret.

Les femmes vivant avec le VIH sont encore nombreuses à subir le cercle vicieux de la discrimination, de l’isolement et de l’invisibilité. Il ne faut pas oublier que l'infection à VIH n'est pas une maladie comme les autres et ne le sera jamais, même si on veut aujourd'hui la classer parmi les maladies chroniques classiques. Les enquêtes indiquent que les trois quarts des femmes séropositives n'ont pas eu de rapport sexuel depuis au moins trois ans. Leur isolement les empêche de vivre mais aussi de parler de leur expérience de la maladie.

Face à cet isolement, le Planning familial a pris la mesure du rôle qu'il devait jouer. Dans la prévention et la prise en charge, tout d’abord, en tenant compte contexte social relationnel dans lequel évoluent les femmes que nous rencontrons.  En effet, aujourd'hui encore, les inégalités entre les hommes et les femmes  ou des situations de précarité, en particulier chez les femmes migrantes d’Afrique sub-saharienne, sont autant des difficultés supplémentaires dans la prévention et dans la prise en charge médicale. Les violences dans le couple sont aussi un facteur qui augmente le risque de contamination des femmes est multiplié puisque, de fait, les femmes victimes de violences sont moins en mesure, par exemple, d'imposer l'utilisation du préservatif à leur partenaire. La question des inégalités doit donc s'inscrire au cœur de cette approche globale de prévention et de prise en charge des femmes.

Mais le Planning n’est pas qu’un lieu de prévention ou de soin. C’est aussi un lieu d’accompagnement et d’écoute. Il s’agit donc de proposer aux femmes séropositives un endroit vers lequel se tourner, où elles peuvent bénéficier de l'expérience des conseillères et des animatrices pour parler de sexualité, de vie relationnelle et affective, de contraception, d'avortement ou d'IST.

En tant que femmes séropositive, et coordinatrice du programme Femmes & sida au Planning, je me joins à toutes les femmes vivant avec le VIH pour demander de meilleures conditions pour que nous puissions exprimer nos désirs, nos difficultés, nos besoins, nos projets.

Devons-nous crier pour nous faire entendre ?

Catherine Kapusta-Palmer, Membre du bureau national du Planning Familial et Coordinatrice du programme Femmes & sida

Pour en savoir plus

Pour télécharger les visuels de la campagne #NousExistons 

Pour visionner les témoignages vidéos

 

 

Une question ?

J'ai 20 ans, mon copain et moi voulons un enfant. Cela fait presque 2 ans (avec interruption) que l'on essaie sans résultat. Existe-t-il un moyen pour "booster" ma fertilité ou quelque chose qui pourrait m'aider a tomber enceinte rapidement.
Comment bien prendre ma pilule ?
J'aurai voulu savoir si, en cas de déni de grossesse le test urinaire est fiable ?
Je souhaiterais savoir si le patch est aussi fiable que la pilule
Puis-je avorter sans en informer mon mari ?
Quel moyen de contraception est remboursé ?
Je suis enceinte et mineure. Tout le monde me dit d'avorter mais je n'en ai pas envie parce que je le veux ce bébé. Est-ce qu'ils peuvent me forcer à pratiquer l'IVG ? Ou est ce que je suis libre de garder mon enfant ?
Je me fais maltraiter par mon mec tous les soirs je n'en peux plus.
Comment savoir si mon cycle est régulier ?
Je suis allée voir mon gynécologue, il m'a conseillé de vous contacter. J'ai 30 ans et aimerais être maman mais je souhaiterais être mère célibataire. Où puis-je me renseigner pour faire la démarche en vue d'une insémination ?
Est-ce que c'est le médecin qui pose l'anneau vaginal ?
comment faire des rapports sexuels sans perdre sa virginite
Avant de faire une IVG, une mineure doit avoir un entretien avec une assistante sociale. En quoi consiste t-il ? Si l'assistante sociale ne donne pas son accord, que se passe t-il pour la personne ?
J'ai 17ans. Je trouve que j'ai beaucoup de pertes blanches et j'ai peur d'avoir une IST. Pourtant je n'ai jamais eu de rapport non protégé.
Comment insérer un ovule dans le vagin pour traiter une mycose ? Est-ce que je le mets en place moi-même ou est-ce le médecin qui le fait ?
Bonjour, j'ai un DIU au cuivre comme moyen de contraception et souhaiterai utiliser une coupe menstruelle comme protection hygiénique. Existe-t-il un risque d'expulsion du stérilet? Par conséquent, déconseillerez vous l'utilisation d'une telle co
J’ai eu un rapport avec mon copain. Il s’est retiré avant d’éjaculer. Y a-t-il un risque que je sois enceinte ?
Y a-t-il un risque de transmission du SIDA lors d’un rapport oral ?
comment met-on une capote
Je souhaite mettre en place une contraception. Ayant très peur des effets de la pilule et ne voulant pas dérégler mon cycle, je pense que le DIU au cuivre serait la meilleure solution pour moi. Les médecins du planning familial posent-ils des DIU aux null

Centre de documentation

Consultez le Centre de Documentation du Planning Familial

Accéder au site

Où nous trouver ?

Retrouvez toutes les coordonnées des plannings familiaux près de chez vous.