Tout savoir sur...

La contraception locale

La contraception locale évite une grossesse au moment du rapport sexuel. Elle bloque le passage des spermatozoïdes vers les trompes et la rencontre d’un spermatozoïde et d’un ovule.

Certaines protègent également contre les IST - VIH/Sida (préservatifs masculins et féminins) ; d’autres réduisent ce risque de transmission (diaphragme et cape cervicale).C’est la raison pour laquelle il peut être recommandé d’utiliser une contraception locale et une contraception hormonale.

Le préservatif masculin

Appelé aussi "condom","capote" ou "préso", c’est une gaine en latex, à usage unique, qui se déroule sur le sexe en érection au moment du rapport sexuel. C'est la seule méthode contraceptive non définitive utilisable par les hommes.
Plusieurs tailles et types existent.
Toujours vérifier la date de péremption et qu’il porte le label CE ou NF.
Ne pas le laisser dans la poche du pantalon car il est abîmé par la chaleur.
On peut se les procurer facilement dans les supermarchés, les pharmacies, les distributeurs automatiques…
Ils sont disponibles gratuitement dans les lieux de prévention comme certaines associations, centres de planification, centres de dépistage du Sida.
Ils ne sont pas remboursés par la Sécurité Sociale.
Pour les personnes allergiques au latex, il en existe en polyuréthane en vente notamment en pharmacie.
Pour être efficace, le préservatif doit être mis avant toute pénétration (mode d'emploi à télécharger en bas de page). En effet au cours du rapport et avant l'éjaculation, il peut y avoir émission de liquide séminal, qui contient des spermatozoïdes.
L’utilisation de gel lubrifiant à base d’eau permet de réduire les risques de rupture du préservatif.
Ne pas superposer deux préservatifs, le frottement de l’un sur l’autre accentuant les risques de rupture.

S’il craque ou glisse…

Il y a risque de grossesse si la partenaire n’a pas d’autre contraception. Il est possible d’avoir recours à la contraception d’urgence à l’infirmerie scolaire, au Planning Familial, dans un centre de planification ou dans une pharmacie. Elle est en vente libre, et gratuite pour les mineures.
Les deux partenaires ne sont plus protégés-ées des IST et du VIH/Sida.
Il est recommandé de consulter pour un avis dans les plus brefs délais (référence au TPE)

Le préservatif féminin

Appelé aussi "fémidom" ou "préso", c’est une gaine en polyuréthane avec deux anneaux souples aux extrémités. Sa matière le rend plus solide que le préservatif masculin et il convient aux personnes allergiques au latex. Il peut aussi remplacer le préservatif masculin en retirant l’anneau interne.
En vente libre, sans prescription médicale, il n’est pas remboursé par la sécurité sociale. Moins facile à se procurer que le préservatif masculin car mal distribué, il est aussi plus cher. On peut le trouver en pharmacie, dans les centres de dépistage anonymes et gratuits (CDAG), au Planning Familial et dans des associations de lutte contre le Sida.
Il tapisse entièrement la paroi vaginale et les petites lèvres : il ne peut pas y avoir de contact entre le sperme et les muqueuses, ni de muqueuse à muqueuse. Il peut être posé bien avant le rapport sexuel sans gêner. La femme l’introduit elle-même aussi loin que possible dans son vagin, par exemple en serrant l’anneau interne entre le pouce et l’index et en l’insérant comme un tampon périodique.(mode d'emploi à télécharger en bas de page)

Le diaphragme

C’est une membrane souple en forme de coupelle, en silicone ou en latex, qui se place au fond du vagin et s’utilise avec un spermicide.
Placé au fond du vagin, il peut être mis en place plusieurs heures avant le rapport sexuel et doit être maintenu en place pendant 8 heures après le rapport pour l’efficacité des spermicides.
Partiellement remboursé par la sécurité sociale, il est prescrit par un médecin ou une sage-femme qui en détermine la taille et apprend à le poser. Nettoyé, il est réutilisable à chaque rapport sexuel pendant 1 à 2 ans.

La cape cervicale

C’est un dôme souple en silicone qui vient recouvrir le col de l’utérus et se place au fond du vagin avant le rapport sexuel. Il s'utilise dans les mêmes conditions que le diaphragme.
Non remboursée par la sécurité sociale, elle n’est plus fabriquée en France. Disponible sur internet, il vaut mieux se renseigner auprès du Planning Familial.

Les spermicides

Sous forme de gel, d’ovule ou d'éponge, ils se placent dans le vagin quelques minutes avant le rapport sexuel. Ils agissent en détruisant partiellement les spermatozoïdes et sont généralement associés à une autre contraception (préservatif masculin, diaphragme....).Ils ne sont pas remboursés par la Sécurité Sociale. Ils ne protègent pas des IST.