Tout savoir sur...

Se masturber consiste à se donner du plaisir sexuel en se caressant les organes sexuels (le pénis chez les garçons, le clitoris, la vulve ou le vagin pour les filles) soi-même ou à deux.

Ces caresses provoquent en général une érection du pénis ou du clitoris et des sensations ou des changements dans le corps tout entier comme par exemple la pointe des seins qui se dresse et devient plus sensible, une accélération du rythme du cœur, des sensations de chaleur... Pour le garçon, ces caresses peuvent aboutir à une éjaculation, pour la fille à une humidification plus ou moins importante de la vulve, elles s'accompagnent souvent d'une réaction de plaisir intense, allant jusqu'à l'orgasme. Ces sensations intenses sont suivies d'un relâchement agréable. Le sexe n'est pas la seule zone sensible pouvant procurer du plaisir. Tout notre corps est sensible aux caresses et aux baisers. On parle de zones érogènes.

Globalement les filles en parlent moins que les garçons, mais ce n'est pas pour autant qu'elles le font moins. Cependant cela reste encore une pratique taboue, particulièrement chez les filles dont il est souvent difficile de parler même à des personnes très proches.

Une pratique dès l'enfance et tout au long de la vie

La masturbation est une pratique sexuelle commune dès l'enfance et tout au long de la vie. Peu importe la manière, l'intensité ou la fréquence. Ce n'est ni sale, ni dangereux, ni honteux, ni répréhensible. Elle n'est pas le signe d'une frustration ou d'une insatisfaction de la sexualité dans un couple. Au contraire, c'est un apprentissage de son propre corps et de son propre plaisir qui permet souvent de mieux profiter d'une sexualité partagée. Elle peut s'intégrer à une relation et même faire partie des jeux amoureux.

Se sentir libre

Dans toute pratique sexuelle, ce qui compte, c'est d'en avoir envie et d'y trouver du plaisir. Personne ne doit se sentir obligé ni de le faire, ni de s'en priver. La plus grande liberté doit guider la variété de nos choix. Si quelquefois il nous vient à l'idée que ce que fait l'autre n'est pas "normal", on peut en parler ensemble.