Tout savoir sur...

Orientations sexuelles

Une fille peut être attirée et/ou amoureuse d’une  fille, et de la même façon, un garçon peut être attiré et/ou amoureux d’un garçon.

L'orientation sexuelle ne se choisit pas, elle se construit peu à peu. Il est même possible au cours de la vie affective et sexuelle d’être attiré-e par des personnes du même sexe et par des personnes du sexe opposé. On peut se reconnaître comme lesbienne pour les filles, comme gay pour les garçons, mais on peut tout simplement ne pas avoir envie d’être "étiqueté-e" et choisir d’avoir des relations avec des personnes, quel que soit son sexe. Tout est possible tant que cela n’est pas contraint et que cela correspond aux désirs.

Ce n’est pas toujours bien accepté : l'idée que les femmes et les hommes soient nécessairement complémentaires correspond à une vision de la sexualité liée à la procréation. Ainsi, l'hétérosexualité a longtemps été reconnue comme la seule sexualité légitime et l'homosexualité comme une pratique anormale, contre nature et honteuse, voire une maladie mentale. La société a souvent repoussé à la marge et stigmatisé les personnes homosexuelles et bisexuelles. Il existe encore aujourd’hui des discriminations et des injures liées à l’orientation sexuelle.

Chacun-e a le droit de s'épanouir et d'être respecté-e dans sa préférence et sa différence.

Être attiré-e par une personne de même sexe ou de l’autre sexe, n’est donc ni une anomalie ni une maladie mais l’expression de sa propre sexualité.

Parce que ce n’est pas toujours facile à assumer, parce que l’on peut avoir peur de l’annoncer aux proches (c’est ce que l’on appelle le coming out), il est important de ne pas s’enfermer et d’en parler avec des personnes de confiance.

Que dit la loi ?

1982    Dépénalisation de l’homosexualité

1990    L'homosexualité est retirée de la liste des maladies mentales. Ce n’est donc pas une perversion ni une déviation

1999    Vote du Pacte civil de solidarité (PACS). C’est un contrat conclu par deux personnes physiques majeures, de sexe différent ou de même sexe pour organiser leur vie commune.

Encore aujourd'hui, l'homosexualité est pénalisée dans de nombreux pays. Pourtant, l''homosexualité n'a pas toujours été réprimée. Certaines sociétés l'ont même encouragée comme aboutissement et expression de l'affection et de la communication entre personnes de même sexe.

Homophobie, lesbophobie et transphobie

La norme hétérosexuelle est tellement forte que toute personne qui semble ne pas s’y conformer peut être rejetée, méprisée, ou faire l’objet d’agressions verbales ou physiques. Depuis 2004, les insultes homophobes sont punies par la loi.

SOS Homophobie 0 810 108 135

L'Inter LGBT