Enjeux de société
Pilule : pas de panique !

L'actualité se fait l'écho des dangers de certaines pilules contraceptives. Pas de panique, si vous êtes utilisatrices, si vous avez doutes, quelques éléments d'informations à lire attentivement ci-après.

Tout d'abord identifiez si votre pilule est concernée à l'aide la liste de l'ANSM (Agence Nationale de sécurité du médicament et des produits de santé) ou celle alphabétique avec le nom des pilules, leur génération et le laboratoire, téléchargeable ci-après.

N'interrompez surtout pas votre contraception sans avoir revu la personne qui vous l’a prescrite ou un autre prescripteur, médecin ou sage femme.

Ne sont mises en cause aujourd’hui que les pilules de 3ème génération (et 4ème) qui contiennent un progestatif récent type désogestrel, gestodène, norgestimate ou drospirénone.... Ce sont ces progestatifs qui sont deux fois plus à risque que le progestatif des pilules de 2ème génération.

Dans les pilules de 2ème génération, le progestatif est le lévonorgestrel que vous pouvez identifier sur la boîte et sur la notice (rubrique composition). Il est également le composant de la «pilule du lendemain»  Norlevo ou Lévonorgestrel de Biogaran.

Les recommandations de la HAS (Haute autorité de santé) sont de ne jamais donner une pilule de 3ème ou 4ème génération en première intention (première préscription), ce qu’a toujours défendu Le Planning Familial car aucune étude ne démontre à ce jour qu’elles présentent un intérêt supérieur aux pilules de 2ème génération. De plus, elles présentent un risque thrombo-embolique deux fois plus important que les pilules de 2ème génération et beaucoup ne sont pas remboursées, ce qui peut représenter un budget élevé pour les utilisatrices. 

En cas de doute, consultez la personne qui vous l’a prescrite, un autre prescripteur ou prenez contact avec un centre du Planning Familial (liste ici)

Si vous avez déjà arrêté votre pilule : ne vous fiez ni au calcul de la période fertile (vers le 14ème jour) ni à la méthode du retrait : trop risqué. Le préservatif rigoureux est la meilleure solution avec recours à la contraception d’urgence si besoin, pensez y !!! .

Les pilules de 1ère et 2ème génération non concernées par l’alerte (source ANSM)

Elles ne nécessitent pas d’envisager un changement de contraception si vous en êtes satisfaite. Les génériques sont notés en iltalique et entre parenthèse. Le produit progestatif est mentionné dans : Composition sur la boîte et la notice

1ère génération à base de noréthistérone

3 couleurs (triphasique):Triella

2ème génération à base se lévonorgestrel

1 seule couleur (dite monophasique) : Minidril (Ludéal, Zikiale), Leeloo (Lovalulo), Optilova (avec 7 placebos)

2 couleurs (dite biphasique) :  Adepal (Pacilia)

3 couleurs (dite triphasique) : Trinordiol (Amarance, Dayly gé, Evanecia, Perléane)

Remarque : la pilule Stédiril est aussi une pilule de 2ème génération, plus fortement dosée et peu utilisée ou dans des situations très particulières. N'hésitez pas à poser vos questions au prescripteur.

Attention : en matière de médicament, le fait qu’un produit soit plus ancien ne signifie pas qu’il soit moins bon, c’est même souvent le contraire car il est mieux connu et mieux évalué au niveau des risques. Ne nous laissons pas piéger par le marketing qui aurait tendance à nous faire croire que le progrès est infini...

Liste des pilules de 3ème génération : voir la pièce jointe