Actualités

En France, cinquième puissance économique mondiale...Cinq millions d'exclus de la santé

Communiqué de l'Académie nationale de médecine.

27/06/2017
  • Environ 9 millions de personnes vivent au-dessous du seuil de pauvreté, dont 3 millions d’enfants ;
  • 140 000 « sans domicile fixe » (SDF) vivent dans la rue ;
  • 200 000 migrants sont accueillis chaque année ;
  • En Ile de France, 35 000 personnes sont hébergées chaque nuit dans des hôtels ou des dispositifs dédiés
  • Plus de 5 millions de personnes n’accèdent pas à leurs droits à la santé ;
  • Parmi les plus précaires, l'espérance de vie à 35 ans est diminuée de plusieurs années, le risque de dépression est multiplié par 2,4, celui de maladies métaboliques par 2,9, de maladie cardio-vasculaire par 1,4. Les enfants sont moins vaccinés, les cancers moins bien dépistés et les campagnes de prévention d’autant moins efficaces que les revenus sont plus bas.

 

Malgré le déploiement de moyens importants, sanitaires, sociaux, professionnels et associatifs, la santé des personnes précaires et pauvres est de plus en plus compromise. L’accès aux soins et à la prévention est particulièrement difficile pour les populations les plus vulnérables - chômeurs, personnes âgées, femmes enceintes et enfants, familles monoparentales et malades en situation de précarité – et certains sous-groupes de la population (personnes vivant dans la rue ou en grande précarité, personnes hébergées à l’hôtel par le Samu social (115), prisonniers, gens du voyage, migrants …). Or, l’accès à la santé conditionne en grande partie la sortie de la précarité…

 

L’Académie nationale de médecine préconise la création d’une

mission interministérielle de lutte contre l’exclusion en santé

 

  • Simplifier et coordonner les dispositifs existants (AME, PUMa, CMUc, ACS, EMPP, PASS, plan pluriannuel de lutte contre la pauvreté et pour l’inclusion sociale, PRAPS…). Intégrer l’AME dans la PUMa, rendre l’accès aux droits en santé automatique.
  • Faciliter l’intégration sociale, développer des outils numériques spécifiquement adaptés
  • Former tous les personnels de santé à la prise en charge de ces populations pour développer l’accès aux soins, la prévention et favoriser l’éducation à la santé
  • Protéger les droits des migrants à la santé par une meilleure coordination européenne

 

Rapport, adopté le …. « PRECARITE, PAUVRETE ET SANTE » (Alfred Spira, rapporteur, au nom d’un groupe de travail