International

Journée Internationale de la tolérance zéro à l'égard des mutilations génitales féminines

En cette 15e journée internationale de lutte contre l'excision, le Planning rappelle l'importance de la sensibilisation du grand public et particulièrement des filles.

06/02/2019
Journée Internationale de la tolérance zéro à l'égard des mutilations génitales féminines

Chaque année, il est important de rappeller ces chiffres : dans le monde, plus de 200 millions de femmes vivent avec les conséquences de mutilations sexuelles féminines (MSF), dont 60 000 en France. On estime que trois fillettes et adolescentes sur dix, dont les mères ont elles-mêmes été mutilées, sont exposées au risque d'excision lorsqu'elles partent en vacances dans le pays d'origine de leur famille.

Pour Diaryatou Bah, la nouvelle présidente de Excision parlons-en !, ce double slogan "Prévenir et protéger" est vraiment devenu la priorité. "Les adolescentes partent en vacances et elles se font excisées. Ca se fait aussi bien avec les parents que sans les parents ! s'insurge-t-elle. C'est pour cela qu'il faut fédérer le maximum de personnes, ici et là-bas". 

Selon une enquête publiée par la revue British Medical Global Health en novembre 2018, menée à partir des données de l'Unicef, le nombre des mutilations sexuelles serait en baisse en Afrique, et particulièrement chez les enfants de moins de 14 ans. Si en Afrique de l'Est, les chiffres sont encourageants, (-7,3% par an entre 1995 et 2014), ces progrès semblent plus lents en Afrique du Nord (-4,4% par an entre 1990 et 2015) et en Afrique de l'Ouest (-3% par an entre 1996 et 2017).

Malgré ces bons résultats, dus en partie aux campagnes de sensibilisation, plus de trois millions de fillettes courent encore le risque d’être excisées chaque année.

Pour en savoir plus et être accompagné.e : http://www.excisionparlonsen.org/