Actualités

Les faits de violences sexuelles portés à la connaissance et de la police et de la gendarmerie ont fortement augmenté en France en 2017.

La vaste enquête VIRAGE de l’Ined a livré ses premiers résultats. Et confirme l’ampleur des violences sexuelles.

26/01/2018
Les faits de violences sexuelles portés à la connaissance et de la police et de la gendarmerie ont fortement augmenté en France en 2017.

Près de 3 mois et demi après l'éclatement de l'affaire Weinstein et le mouvement "Balance ton porc" et #MeToo, la parole des femmes continue de se libérer ! Cela confirme le fait que proposer des espaces de paroles aux personnes est primordial, et c'est ce que fait le Planning depuis 60ans !

Les faits de violences sexuelles portés à la connaissance et de la police et de la gendarmerie ont fortement augmenté en France en 2017. Par rapport à 2016, c’est une hausse de 12 % pour les viols, et de 10 % pour les agressions sexuelles (y compris harcèlement sexuel), que relève le rapport statistique “Insécurité et délinquance en 2017” publié mercredi 24 janvier par le ministère de l’Intérieur.

Le nombre de plaintes pour agression sexuelle, en particulier, est très nette hausse au quatrième trimestre de 2017 par rapport à celui de 2016 : + 31,5 %.

« On peut y voir un effet de révélation aux forces de sécurité de faits éventuellement plus anciens, dans le contexte du mouvement de prise de parole des femmes suite aux révélations de l’affaire ‘Weinstein’ », note le rapport.

Au total, d’après les données de la police et de la gendarmerie en 2017 en France métropolitaine, ce sont 40 400 personnes qui ont été victimes de violences sexuelles, dont une sur quatre dans un cadre intrafamilial. Parmi elles, 16 400 personnes ont été enregistrées comme victimes de viols, dont 87 % de femmes ; et 24 000 personnes ont signalé une agression sexuelle. Il s’agit de femmes dans 84 % des cas.

L’expérience du Planning Familial depuis ses débuts a montré que l’on ne peut sortir des violences vécues qu’à partir du moment où elles peuvent être nommées, énoncées, reste à trouver des espaces où cela puisse se faire. Le planning  Familial ne peut donc que se féliciter si on peut voir dans cette hausse un effet de révélation aux forces de sécurité de faits éventuellement plus  anciens dans  le contexte du mouvement de prise de paroles des femmes.