International

PROJET DE LOI "SAUVEZ LES FEMMES" AVEC 500 000 SIGNATURES SOUMISES AU PARLEMENT POLONAIS

Le 23 octobre, le comité civique «Save Women» a déposé près de 500 000 signatures recueillies dans le cadre du projet de loi sur les droits des femmes et la "parentalité consciente."

26/10/2017
PROJET DE LOI "SAUVEZ LES FEMMES" AVEC 500 000 SIGNATURES SOUMISES AU PARLEMENT POLONAIS

La chambre basse a maintenant trois mois pour lancer le débat sur le projet de loi. 


Le projet de loi prévoit:

1) l'avortement légal financé par le budget de l'Etat sur demande jusqu'à la 12ème semaine de grossesse; après la 12ème semaine, un avortement serait pratiqué en raison d'une menace pour la santé ou la vie de la femme en cas de malformation fœtale (jusqu'à la 24ème semaine de grossesse ou si le fœtus est incapable de survivre hors du corps de la femme). le viol ou l'inceste (jusqu'à la 18e semaine de grossesse);

2) la contraception gratuite et accessible;

3) contraception d'urgence disponible sans prescription médicale;

4) l'éducation sexuelle complète dans les écoles;

5) obligation pour les hôpitaux et le Fonds national de la santé de publier une liste de médecins qui invoquent l'objection de conscience pour refuser d'effectuer des avortements légaux;

6) l'obligation pour les hôpitaux de trouver un autre médecin en tant que sous-traitant qui pratiquera un avortement lorsqu'un médecin engagé par l'hôpital refuse de le faire;

7) un délai plus court (7 jours) pour que la Commission médicale examine la plainte d'un patient en cas de refus d'avortement;

8) droit pour les adolescents de 15 ans de consulter un gynécologue, un urologue et un dermatologue sans le consentement des parents.
Le nombre record de signatures - deux fois plus que la campagne de l'année dernière - a été recueilli depuis août par des groupes bénévoles locaux, dans des douzaines de villes, villages et villes en Pologne et à l'étranger. L'action a été soutenue par de nombreux partis d'opposition extraparlementaires et de nombreuses ONG, notamment la Fédération pour les femmes et la planification familiale et la Grande Coalition pour l'égalité et le choix (la liste peut être consultée ici). Le seuil officiel - 100 000 signatures - a été atteint au cours du premier mois, ce qui illustre l'énorme engagement des volontaires et le soutien exceptionnel des citoyens.


Alors que le Parti du Droit et de la Justice (PiS) aime justifier les procédures dérangeantes, souvent antidémocratiques, avec la volonté du peuple, les restrictions prévues à la loi anti-avortement ne bénéficient pas du soutien de la majorité. Selon les derniers sondages, 40% des citoyens souhaitent la libéralisation, 40% sont en faveur du statu quo et seulement 11% préféreraient des lois plus strictes.   Dans le même temps, les groupes anti-choix recueillent des signatures en vertu de leur projet de loi "#StopAbortion" qui prévoit l'interdiction de l'avortement en cas de malformation fœtale. Le projet de loi est promu par les évêques et les églises catholiques à l'échelle nationale et il est soutenu par les politiciens les plus importants qui ont déjà déclaré leur soutien, entre autres le président Szydło, le président Duda, le chef du parti au pouvoir Kaczyński. Il est supposé que ce projet de loi est le résultat d'un accord non officiel entre le PiS et l'épiscopat (qui si pour une interdiction totale).
- En moins d'un an, le parti au pouvoir a bloqué l'accès à la contraception d'urgence et restreint les règles de la FIV. "Il n'y a pas de véritable éducation à la sexualité. D'abord le gouvernement forcera les femmes à donner naissance à des enfants incurablement malades et ensuite il interdira l'avortement en cas de viol et d'inceste. Les femmes polonaises vont bientôt finir en enfer" a déclaré Barbara Nowacka, représentante du comité "Save Women".