Actualités

Violences : la difficulté d'en parler et d'être entendue

04/10/2017

La violence fondée sur le genre concerne toutes les femmes, et elle est inacceptable. Ce que révèle le livre de Sandrine Rousseau, c’est la difficulté d’en parler, d’être entendue, et l’importance d'avoir des espaces pour recueillir cette parole. 
Il n'y a pas de violences plus dures les unes que les autres. Il y a des parcours de vie, il y a des victimes. Le rôle du Planning est de les dénoncer suite aux entretiens, d'accompagner les victimes dans les démarches. Les groupes de paroles de femmes victimes de violences  sont un lieu les femmes qui le souhaitent peuvent en parler en toute sécurité, sans jugement, et, créer des relations de solidarité avec d’autres femmes, de ne pas être réduites à leur seul statut de victimesNotre rôle aussi est de prévenir toutes les violences, et ce dès le plus jeune âge par l'éducation à la sexualité et à l'égalité. Le sexisme se combat tôt, a l'école comme â la maison.
La France est signatiare de la convention d’Istanbul. C’est une responsabilité d el’Etat  de mettre en œuvre une politique permettant d’enrayer ces violences à travers une approche globale.