Actualités

Archives des communiqués de presse

Avortement en Europe, les Femmes décident !

Vendredi 28 Septembre 2018

En Ile de France, RASSEMBLEMENT

 18h30 – Place de l’Opéra Bastille – Paris
Projection du documentaire : « Les croisés contre-attaquent » Suivi d’échanges avec des activistes de plusieurs pays.

20h – Salle Traversière – 15bis rue Traversière – Paris 12ème

En solidarité avec l’ensemble des femmes européennes, après la lutte exemplaire des espagnoles en 2015, des polonaises depuis 2016 et des irlandaises en 2018 ; en solidarité avec l’ensemble des femmes d’Amérique latine, dont les Argentines ; en lutte pour déjouer la remise en cause de l’avortement par toutes les forces réactionnaires ou religieuses, à l’échelle européenne et mondiale : nous réaffirmons que les droits des femmes, la liberté à disposer de son corps, le droit à l’avortement et à la santé sont des droits fondamentaux pour l’égalité entre les femmes et les hommes, en Europe et dans le monde :


• l'avortement est un choix personnel - mon corps m'appartient, je choisis ma vie, je choisis d’avoir ou pas un enfant ;

• l'accès à l'avortement est un droit ;

• la « double » clause de conscience sur l’IVG pour les professionnel.les de santé doit être supprimée de la loi;

• les délais légaux pour avorter doivent être harmonisés sur ceux des pays les plus progressistes en Europe, et les États doivent tendre vers une dépénalisation totale de l'avortement;

• des moyens financiers doivent être donnés pour que les centres pratiquant l'avortement et les centres de planification soient accessibles à toutes sur l’ensemble des territoires;

• des campagnes d’information tous publics sont nécessaires pour pouvoir en parler librement, sans tabou ni jugement ;

• l'éducation à la vie sexuelle doit être prodiguée à toutes et à tous pour qu'elles et ils puissent avoir des choix libres et éclairés;

• la formation aux techniques d'avortement et à l'accompagnement doit faire partie intégrante de la formation initiale des professionnel/les de santé.

Le 28 septembre 2018, Journée internationale pour le droit à l’avortement rappellera partout en France que c’est un droit irréfragable

http://avortementeurope.org/

Contacts presse : Danielle Gaudry – Planning Familial : 06 60 95 50 77, Nelly Martin - Marche Mondiale des Femmes : 06 80 63 95 25- Suzy Rojtman - CADAC : 06 61 83 12 56

PMA pour toutes maintenant !

Jeudi 27 Septembre 2018

Après le deuxième avis positif rendu par le CCNE sur  l’ouverture de la PMA à toutes les femmes, il est maintenant temps d’inscrire ce droit dans la loi, comme le réclament depuis longtemps les personnes concernées et les associations qui les soutiennent. 


En libérant la sexualité d’une finalité procréatrice, un couple quel qu’il soit ou une femme seule pourra s’il ou elle le souhaite « faire un enfant » au moment voulu pour réaliser ce projet. Cette aspiration est devenue une revendication partagée par une grande majorité de la société. 


Cette loi, loin de déclencher la « régression sociale » agitée par les opposants, inscrira ce droit pour toutes en permettant l’égalité d’accès aux techniques d’AMP. Elle confirmera la reconnaissance de la diversité des formes de vie familiales permettant à un enfant de se construire quelque soit sa relation à ses origines et à sa filiation. Elle corrigera l’inégalité de droits entre les femmes pour plus aucune d’entre elles ne soit contrainte de partir à l’étranger pour avoir une PMA, ou pour un couple lesbien, à adopter l’enfant de sa compagne.


Aujourd'hui, l'aide à la procréation est très médicalisée selon des protocoles pilotés exclusivement par des médecins alors qu’il est possible d’adopter des démarches sécurisées moins lourdes redonnant aux personnes leur place dans la détermination des méthodes employées. Ouvrir la PMA à toutes les femmes fait partie intégrante de la lutte pour le droit de choisir que mène le Planning Familial. C’est pour cela que nous attendons des parlementaires qu’ils intègrent dans la loi le remboursement de la PMA pour toutes, les modifications nécessaires dans le droit de la filiation, et la protection de tous les enfants dès leur naissance.


Contacts Presse :
Cécile Malfray #  06 30 09 20 68/ Caroline Rebhi # 06 59 87 03 20

La meilleure contraception c’est toujours celle que l’on choisit !

Mercredi 26 Septembre 2018

L’accès à la contraception, puis à l’avortement, a permis aux femmes d’affirmer leur droit à disposer de leur corps et à s’émanciper d’un destin réduit à la seule fonction reproductive. Mais gérer la contraception n’est pas toujours facile. Les contraintes économiques, sociales ou culturelles, les représentations, les idées reçues peuvent être de véritables obstacles. C’est parfois difficile pour les femmes - dans un contexte de plus en plus médicalisé - d’oser dire « non » à leur médecin, de réussir à questionner telle ou telle prescription ou d’aborder tranquillement les problèmes les plus intimes liés à leur corps ou à leur sexualité. C’est pourquoi, le Planning Familial revendique la nécessité de créer des espaces d’échange sur les représentations autour de la sexualité, sur le consentement, sur la contraception et sur le désir d’enfant, en dehors des normes et des injonctions sociales.


Il est important de remettre la question du choix de la contraception et de son accompagnement au cœur du débat : comment permettre à une personne de mesurer les bénéfices et les risques d’une contraception selon sa situation actuelle, ses préférences et ses contraintes ? Cela nécessite la formation des personnes qui prescrivent la contraception sur toutes les méthodes existantes, afin de pouvoir informer et conseiller en fonction des avantages et des limites de chaque moyen contraceptif. Par ailleurs, la remise en question actuelle des modes de contraception médicalisés impose un nouveau rapport entre usagèr.e et soignant.e, en donnant une place plus importante à l’information et aux choix plutôt qu’à la prescription médicale. Elle interroge aussi la responsabilité masculine en matière de contraception, ainsi que l’accès des hommes aux moyens qui existent déjà mais qui sont peu connus des prescripteur.trice.s. C’est dans cette optique que le Planning Familial promeut la délégation de tâches pour les conseillères conjugales formées pour déployer une offre efficace, à moindre risque et de proximité des produits contraceptifs.

Il importe que les femmes et les hommes aient accès à une gamme de méthodes contraceptives la plus large possible, quelles que soient leurs ressources financières. Aujourd’hui, seuls les centres de planification peuvent délivrer une contraception de façon gratuite, confidentielle et anonyme. Ils constituent, avec les établissements d’information et de conseil conjugal, des lieux-ressources de proximité pour une approche globale en matière de santé sexuelle. Afin de garantir l’égalité pour toutes et tous, le Planning demande la prise en charge totale de tous les moyens de contraception jusqu’à 25 ans, l’accès à l’information et à toutes les méthodes de contraception dont la contraception définitive,  et des réponses aux femmes en situation de vulnérabilité et aux jeunes éloignés des lieux de consultation dédiés ou en difficulté pour accéder à l’information.
A l’occasion de la journée mondiale de la contraception, le Planning Familial rappelle que toute personne, sans condition de situation ou de ressources, doit pouvoir exercer le droit de choisir une contraception adaptée et remboursée, en toute confiance, après avoir reçu une information claire et objective sur l’ensemble des moyens de contraception. Ce sont les conditions nécessaires à l’exercice de ce droit fondamental : le droit de choisir ! 


Contacts Presse :Véronique Séhier # 06 86 65 25 19 – Caroline Rebhi # 06 59 87 03 20

Le Planning, acteur inconditionnel de la lutte contre les violences à l’encontre des femmes

Lundi 24 Septembre 2018

Le Planning Familial s'insurge face aux messages diffamatoires et propos haineux diffusés une nouvelle fois via les réseaux sociaux à son encontre.

Non, le Planning Familial n'a jamais fait l'apologie de l'excision. Il agit depuis toujours pour défendre l’intégrité physique des femmes lors de toutes ses interventions et à travers ses différents programmes. Il est engagé contre les mutilations sexuelles que peuvent subir toutes les femmes, et cela quelques soient leur origine ou religion. Il a depuis toujours participé à la lutte contre toutes les formes de violences sexuelles et contre les mariages forcés, en partenariat avec des associations féministes, dont le GAMS et notamment comme membre « d'Excision Parlons-en ».

Le Planning est un mouvement féministe et d'éducation populaire. Ses lieux d'accueil sont ouverts à toutes les femmes, sans discrimination, sans distinction et sans jugement. Il lutte contre toutes les formes d'exclusion et d’inégalités sociales avec pour objectif l'égal accès de toutes les personnes aux mêmes droits, à la santé sexuelle, à l'autonomie et à l’émancipation.

Nous demandons au journal Marianne de vérifier ses sources et de rectifier les propos tenus dans son article paru hier à l'encontre du Planning familial et qui mettent en doute cet engagement historique et actuel du Planning familial au niveau national et au niveau de tout son réseau.

 

Contacts presse :

Véronique Séhier # 06 86 65 25 19  /  Caroline Rebhi # 06 59 87 03 20

 

Scandaleux ! Inadmissible !

Jeudi 13 Septembre 2018

Les propos tenus sur l’avortement par le Président du syndicat national des gynécologues, ne peuvent qu’indigner toutes celles et ceux, femmes concernées, professionnel.les qui les accompagnent, parlementaires qui élaborent les lois : des propos rétrogrades, déniant aux femmes leur liberté de procréation, car le droit de refuser la procréation est une dimension essentielle de la liberté des femmes. C’est ce que le cadre réglementaire et législatif légitime en France et le pouvoir médical n’est pas au-dessus des lois.

En 2018 encore chaque année dans le monde, 25 millions d’avortements illégaux ont lieu, une femme meurt toutes les 9 minutes des suites d’un avortement clandestin. L’avortement légalisé et pratiqué dans de bonnes conditions à la demande des femmes est le plus sûr moyen de répondre à cette situation sanitaire dramatique.

Les opposants au droit de choisir ne supportent pas cette liberté et s’organisent pour entraver ce droit fondamental des femmes par tous les moyens : lobbies, campagnes détournant l’information sur les réseaux sociaux, campagnes de culpabilisation et de stigmatisation de l’avortement et ces propos du président viennent encore alimenter cette offensive.

Le Planning Familial réaffirme que le droit des femmes à disposer de leur corps est un droit fondamental ! 

C’est le rôle de l’Etat de veiller à la défense de ce droit et à son application sur l’ensemble du territoire français, en métropole et Outre-Mer, pour que toute femme puisse l’exercer en toute liberté ! 

Mesdames Buzyn et Schiappa, nous prenons acte de votre engagement à exercer votre pouvoir que ce droit soit respecté sans entrave. 

Assez d’entraves aux droits des femmes, à leur santé et à leur liberté !

Site ivg.gouv.fr

Numéro vert national : 0800 08 11 11

Contacts presse :

Véronique Séhier # 06 86 65 25 19  /  Caroline Rebhi # 06 59 87 03 20

M. MACRON, AIDEZ LE FONDS MONDIAL À SAUVER ENCORE PLUS DE VIES

Mercredi 12 Septembre 2018

 

Communiqué collectif  : ACTION SANTE MONDIALE - AIDES- PLUS 

EQUIPOP.ORG - LE PLANNING FAMILIAL - ONE - SIDACTION 

SOLIDARITE SIDA - SOLTHIS

 

À l’heure où le Fonds mondial de lutte contre le sida, la tuberculose et le paludisme rend le bilan chiffré de son action 2017 (cliquez ICI), nos associations saluent le travail accompli. Nous rappelons à cette occasion la réalité de millions de personnes touchées par ces maladies et les ressources financières à mobiliser pour y mettre fin. À un an de la 6e conférence de reconstitution du Fonds, qui se tiendra pour la première fois en France, nous demandons à Emmanuel Macron de tout mettre en œuvre pour en faire un succès. 


Le Fonds mondial joue un rôle capital dans les pays en développement. Depuis sa création par le G7 en 2001, 27 millions de vies ont été sauvées grâce aux programmes qu’il finance dans les pays à revenus faibles et intermédiaires – preuve que la mobilisation de la communauté internationale peut être véritablement efficace quand elle s’en donne les moyens financiers. Il assure respectivement 65% et 57% du financement pour la tuberculose et le paludisme. Pour le VIH/sida, il finance la moitié des traitements anti-rétroviraux disponibles dans le monde.

 
Pour autant, le combat contre les pandémies est loin d'être gagné : aujourd’hui encore, elles font plus de 8 000 morts par jour. Le nombre d’infections à VIH reste très élevé parmi les adolescentes et les jeunes femmes, et les populations les plus vulnérables (les hommes ayant des rapports sexuels avec des hommes, les personnes trans, les usagers de drogues, les travailleurs-ses du sexe). La tuberculose reste quant à elle  sous-diagnostiquée et la résistance aux antimicrobiens et aux insecticides menacent nos progrès en matière de lutte contre la tuberculose et le paludisme.


Cette situation n’est pourtant pas une fatalité. Un investissement plus conséquent aujourd’hui permettrait de circonscrire plus rapidement les épidémies. Si aucun effort n’est fait, une recrudescence de ces dernières est à prévoir, comme c’est déjà le cas dans certaines régions pour le VIH/sida, le paludisme et la tuberculose multi-résistante qui représente un tiers des décès dus à l’antibiorésistance. Or, les coûts directs et indirects de ces épidémies sont, et seront, bien plus élevés que les besoins estimés pour y mettre un terme. Pour la tuberculose seule, sans accélération des efforts engagés, la perte pour l’économie mondiale s’élèverait à 983 milliards de dollars au cours des 15 prochaines années.1Des experts estiment aujourd’hui qu’entre 16,8 et 18 milliards de dollars sont nécessaires pour le Fonds mondial pour la période 2020-20222. La fin des épidémies ne sera possible que grâce à une véritable volonté politique. Un premier test aura lieu le 26 septembre au siège des Nations Unies3 : les dirigeants de la planète sont conviés à  définir de nouveaux objectifs sanitaires pour éradiquer la tuberculose. Mais le moment de vérité sera la Conférence de Reconstitution du Fonds mondial qu’Emmanuel Macron accueillera le 10 octobre 2019 à Lyon. Pour en faire un succès historique, le Président doit désormais assurer son rôle de premier de cordée et mobiliser dès maintenant ses homologues ! Il est temps pour nos dirigeants d’entrer dans l’histoire en apportant la preuve la plus concrète de leur volonté de mettre fin aux épidémies : l’augmentation de leurs contributions. 


1 Source : Rapport The Price of a pandemic - Global TB Caucus

2 Source : Estimations du groupe d'expert indépendant  Global Fund Advocates Network (GFAN) 

3 Source : Réunion de Haut Niveau sur la tuberculose aux Nations Unieshttps://www.un.org/pga/72/event-latest/fight-to-end-tuberculosis/

En savoir plus sur le Fonds mondial     

- Le Fonds mondial est un partenariat entre les autorités publiques, la société civile, le secteur privé et les personnes touchées par les maladies, créé en 2002 pour accélérer la fin des épidémies de VIH/sida, de tuberculose et de paludisme. Il mutualise les contributions financières des États et permet d’assurer une lutte efficace contre les trois grandes pandémies en mobilisant et en finançant directement l’accès aux soins, à des outils de prévention et l’action de la société civile Historiquement, la France est le 2ème contributeur au Fonds.       

- Son rapport annuel sur les résultats de 2017 est publié aujourd’hui, mercredi 12 septembre. Tous les résultats sont disponibles ici (insérer quand dispo).   

- La France accueillera pour la première fois la conférence de reconstitution des ressources du Fonds mondial le 10 octobre 2019 à Lyon : les donateurs annonceront la contribution qu’ils apporteront au Fonds pour la période 2020-2022.     

- En 2015, la communauté internationale s’est engagée à mettre fin aux 3 pandémies d’ici 2030 (objectif de développement durable n°3)


Contacts presse :

Action Santé Mondiale / Global TB Caucus : Margot Jaymond 06 64 80 05 72   mjaymond@ghadvocates.org

AIDES : Elody Croullebois 01 77 93 97 65 / 06 98 68 01 68 ecroullebois@aides.org

Coalition PLUS : Camille Sarret 07 81 73 34 77 csarret@coalitionplus.org

Equipop : Nicolas Rainaud 06 73 72 25 37, nicolas.rainaud@equipop.org

Le Planning Familial : Véronique Séhier 06 86 65 25 19 veronique.sehier@planning-familial.org 

ONE : Charlotte Grignard 06 22 41 00 41 charlotte.grignard@one.org

Médecins du Monde : Fanny Mantaux 01 44 92 13 81 fanny.mantaux@medecinsdumonde.net

Sidaction : Aurélie Defretin 06 73 21 63 97 / 01 53 26 45 64 a.defretin@sidaction.org

Solidarité Sida : Gautier Centlivre 07 70 00 28 81 / gcentlivre@solidarite-sida.org

Solthis : Rachel Domenach 01 81 70 17 97 / 06 60 24 19 36 rachel.domenach@solthis.org


L’Education à la sexualité : stop à l’intox, il est urgent d’agir !

Vendredi 31 Août 2018

Emoi et agitation suite à l’annonce de l’obligation d’éducation à la sexualité pour les élèves dans le cadre de la loi Schiappa sur les violences sexuelles ! Retour des vieux démons et opposants qui surfent sur la vague des abus sexuels révélés dans l’église catholique, les mêmes qui s’opposèrent aux ABCD de l’égalité et qui, à la veille de la rentrée scolaire, réactivent les discours visant à affoler les parents d’élèves, à insulter et menacer les intervenant.e.s potentiel.le.s, à semer la confusion auprès des équipes éducatives ...


Pourtant rien de révolutionnaire, mais une urgence :  La loi sur l’éducation sexuelle obligatoire depuis 2001 n’est toujours pas appliquée : c’est l’objet de la circulaire annoncée par Mme Schiappa qui met en avant l’éducation au respect du non consentement, en lien avec la loi sur les violences sexuelles.L’éducation à la sexualité: une urgence ! Une urgence inscrite dans les préconisations de nombre d’interlocuteurs institutionnels internationaux (OMS - UNESCO - ONU …) et nationaux, Haut Conseil de la Santé publique rappelant l’efficacité de l’éducation sexuelle dans la réduction des infections sexuellement transmissibles, Conseil national du Sida recommandant l’amélioration des conditions actuelles de l’éducation à la sexualité, Défenseur des droits rappelant la non application préjudiciable de cette obligation dans son rapport annuel sur les droits de l’enfant, Haut Conseil à l’égalité et ses préconisations pour améliorer la situation dans son rapport de juin 2016. Vous trouverez tous ces documents à l’adresse dédiée de notre centre de documentation. 


Si tous ces acteur.rice.s sont d’accord c’est parce que l’enjeu est de taille !Intégrer l’éducation à la sexualité dans l’éducation de toutes et tous dès le plus jeune âge est une revendication historique du Planning Familial. L’enjeu de cette mobilisation est bien de transformer notre société fondée sur des relations inégalitaires entre les sexes qui font le lit des violences sexuelles et sexistes, pour aller vers une égalité réelle entre toutes les personnes. Ces relations inégalitaires reposent sur l’illusion d’une « naturelle domination du masculin sur le féminin ». Elles ont des conséquences sur les comportements individuels comme sur les rapports sociaux et politiques ; or cela se construit très tôt sur des préjugés et stéréotypes de sexe, d’identité, de genre et d’orientation sexuelle. Et les dégâts se font fortement sentir : 1 collégien.ne sur 5 déclare avoir été victime de cyberviolence, 60% des personnes lesbiennes déclarent avoir été victimes d’actes lesbophobes, les IST sont en augmentation chez les jeunes de 15 à 24 ans  ….. Il est urgent d’agir ! 


L’éducation à la sexualité : pour renforcer la capacité à faire ses propres choix,  un outil de prévention, de  promotion de la santé et des droits sexuels Droit de disposer de son corps, droit à la santé, droit à l’éducation, droit à la protection contre la violence, droit à la vie : aborder les droits lors des séances d’éducation à la sexualité vise à interroger les rapports sociaux de sexe, la hiérarchie entre les sexualités, les normes et les tabous. Aborder la sexualité dans une approche globale et positive dès le plus jeune âge, c’est interroger la place de chacun.e, sortir des injonctions, permettre l’accès à une information juste  pour  gagner en liberté. 


Avec toutes celles et ceux qui se battent pour la mise en place d’une éducation à la sexualité systématique, globale et pour toutes et tous, nous sommes convaincu.e.s que toute la société y gagnera !


Contacts Presse : Véronique SEHIER # 06 86 65 25 19 – Caroline REBHI # 06 59 87 03 20

Une Grande Femme entre au Panthéon

Vendredi 29 Juin 2018
Simone Veil
Simone Veil

C’est avec fierté que le Planning Familial accompagnera Simone Veil au Panthéon ce dimanche 1er juillet.

En effet, Simone Veil a marqué des générations de femmes et d’hommes par sa détermination à porter et à faire adopter la première loi autorisant l’avortement en France. En refusant de fermer les yeux sur la situation vécue chaque année par des dizaines de milliers de femmes contraintes d’avorter dans la clandestinité et dans des conditions sanitaires dangereuses, Simone Veil a contribué à lever l’hypocrisie sur la pratique des avortements clandestins et à mettre fin ainsi à une profonde injustice. Car les femmes les plus exposées au danger étaient les plus démunies, qui n’avaient pas connaissance des réseaux de désobéissance civile, comme le MLAC (Mouvement pour la Liberté de l’Avortement et de la Contraception) et le Planning Familial qui pratiquaient des avortements sécurisés de manière illégale.

Attaquée violemment au sein d’une assemblée nationale très majoritairement masculine, elle n’a jamais transigé sur ce point fondamental : l’avortement est un choix qui doit appartenir aux femmes.

Aujourd’hui, la reconnaissance par la nation française de Simone Veil, Européenne convaincue et de son action,  intervient dans un contexte où l’avortement est encore et toujours l’objet de luttes pour qu’il devienne un droit, et un droit effectif pour toutes les femmes en Europe et dans le monde: comme en Irlande, où un projet de loi va enfin être déposé pour l’autoriser, en Argentine où les députés ont approuvé sa légalisation, ou comme en Pologne, en Hongrie où il est fortement menacé, ou en Italie où, malgré la loi, son accès y est restreint.

Le combat de Simone Veil demeure donc d’une brûlante actualité ! Car en 2018 encore, dans le monde une femme meurt toutes les 9 minutes des suites d’un avortement clandestin et 25 millions d’avortements illégaux ont lieu chaque année.

Parce que les opposants au droit de choisir sont toujours et encore très virulents pour entraver ce droit fondamental des femmes, parce que de nombreuses femmes subissent des grossesses non désirées et des avortements clandestins, et sont encore culpabilisées par des professionnel.le.s de santé et l’opinion publique en France ou ailleurs, le Planning familial se réjouit que la panthéonisation de Simone Veil soit l’occasion de rappeler le droit des femmes du monde entier à disposer librement de leurs corps !

Contacts Presse : Véronique Séhier # 06 86 65 25 19  /  Caroline Rebhi # 06 59 87 03 20

Mettre en concurrence les associations de lutte contre les violences faites aux femmes, une nouvelle stratégie du gouvernement ?

Jeudi 21 Juin 2018

L’Association Européenne contre les Violences Faites aux Femmes au Travail (AVFT) tirait en début d’année la sonnette d’alarme : face à l’augmentation des appels téléphoniques suscités par #MeToo et #BalanceTonPorc, elle était obligée de fermer son accueil téléphonique, faute de moyens supplémentaires pour y faire face.*

La réponse de l’État, via la Secrétaire d’État à l’Égalité Femmes Hommes fut sans nuance : puisque l’AVFT ne pouvait plus « assumer ses fonctions », déclarait-elle en « oubliant » que son activité de soutien aux victimes va bien au-delà de la réponse téléphonique, elle annonçait que l’État devait « reprendre la main » par le biais d’une nouvelle ligne téléphonique, en faisant fi de l’expertise accumulée par l’AVFT depuis 1985.

Sous réserve de sérieuses compétences, répondre à des appels téléphoniques c’est bien. Accompagner les victimes tout au long de leurs procédures judiciaires, faire évoluer la législation, assumer la formation, la recherche, c’est beaucoup mieux et c’est indispensable.

Mais, oubliant déjà le service public, un appel à projet d’un million d’euros était lancé pour lutter contre les violences sexistes et sexuelles au travail par Marlène Schiappa.

Cet appel est problématique pour plusieurs raisons.

Tout d’abord, la lutte contre les violences contre les femmes nécessite un maillage territorial et un véritable travail en réseau des acteurs institutionnels et associatifs.

Alors que la logique et le souci d’efficacité devraient amener à associer, renforcer voire développer une association experte sur les violences au travail depuis 33 ans, l’appel à projet « vise à soutenir l’émergence d’actions nouvelles »… tout en reprenant dans ses critères les missions de l’AVFT (prise en charge et accompagnement judiciaire des victimes, sensibilisation, formation) ! Un tel discrédit porté aux associations est stupéfiant.

De plus, selon l’appel à projets, non seulement le même montant sera versé indistinctement à chaque région, sans prise en compte du nombre de départements ni des spécificités territoriales, mais l’aide ne sera pas pérenne, les projets devant se réaliser avant la fin 2019 sans assurance de renouvellement pour 2020. Une fois de plus, tout est fait dans la précipitation et sans garantie sur le long terme.

Enfin, alors qu’un soutien efficace aux victimes ne peut jaillir que de la coopération entre associations agissant chacune dans un domaine de compétence spécialisé, un tel modèle de financement les met au contraire en concurrence, précarise les salariées et limite leur montée en compétences sur le long terme. L’appel à projet est donc directement préjudiciable aux victimes de violences masculines, qui ont besoin d’un accompagnement stable et durable pour faire face à des procédures longues et éprouvantes.

Ces attaques gouvernementales contre les associations spécialisées telles que l’AVFT entrent en contradiction avec la Charte d’engagement réciproque entre l’État, les collectivités territoriales et le mouvement associatif du 14 février 2014. L’État s’était alors engagé à favoriser dans la durée des soutiens publics aux associations et à privilégier la conduite de projets sur le long terme par des conventions pluriannuelles. Force est de constater que les récentes décisions mettent en échec les engagements pris.

De tels agissements doivent nous interroger et nous pousser à (re)définir ce que serait un véritable service public pour la protection des droits des femmes.

Sans concertation, échange, dialogue préalables, impossible de construire ensemble un Service public de qualité, cohérent et adapté pour la protection et la défense des femmes. Sans subventions conséquentes pour les structures associatives existantes engagées aux côtés des femmes avec un renforcement des services publics (hôpitaux, justice, force de l’ordre, éducation nationale, etc.), impossible de répondre aux besoins des victimes, impossible de développer la prévention pour lutter durablement contre les violences masculines.

Enfin, dans un contexte de démantèlement de la fonction publique (120 000 postes supprimés, y compris à l’inspection du travail !), comment l’État peut-il prétendre reprendre en main aussi rapidement des missions qu’il n’a jamais assumé et qui ont été conçues et réalisées par les seules associations…?

Nous, militant.e.s féministes, associations, organisations, prenons acte du choix gouvernemental de fragiliser le tissu associatif, d’amoindrir le Service public en général et de favoriser une approche concurrentielle de la lutte contre les violences faites aux femmes, au détriment de l’expertise féministe.

Pour lutter contre toutes les violences faites aux femmes, nous sommes tou.te.s solidaires, et nous le resterons !

*L’AVFT a depuis début juin rétabli cette ligne téléphonique.

 

Signataires : Réseau Féministe “Ruptures”, Archives Recherches Cultures Lesbiennes, Osez le Féminisme !, Collectif National pour les Droits des Femmes, Marche Mondiale des Femmes France, Mouvement du Nid Paris, Collectif 13 Droits des femmes, Centre audiovisuel Simone de Beauvoir, Attac, Maison des Femmes Thérèse Clerc à Montreuil, Ligue des femmes Iraniennes pour la Démocratie-LFID, Le Planning Familial, Collectif “Tout.e.s contre les Violences Obstétricales et Gynécologiques”, Fédération Nationale Solidarité Femmes, Femmes libres (Radio libertaire), Ensemble, Femmes Egalité, Collectif Féministe Contre le Viol, Voix de Femmes, Ligue des Droits de l’Homme, Initiative Féministe Euromed IFE-EFI, Union syndicale Solidaires, Réseau International des Mères en Lutte, Association nationale des études féministes (ANEF), SOS les Mamans et les Enfants, Femmes Migrantes Debout

 

Contacts Presse :

Véronique Séhier : 06 86 65 25 19 

Les Etats Unis ont décidé de quitter le Conseil des Droits de l’Homme des Nations Unies

Mercredi 20 Juin 2018
Les Etats Unis ont décidé de quitter le Conseil des Droits de l’Homme des Nations Unies

C'est avec  regret que le Planning Familial et l'IPPF* apprennent l'annonce du retrait des Etats-Unis du Conseil des Droits de l'Homme des Nations Unies (CDH), organe dédié au renforcement, à la protection et au respect des droits humains et des libertés fondamentales pour toutes les personnes.

Le Planning Familial et l'IPPF reconnaissent le rôle important joué par le CDH dans la sauvegarde des droits humains et en particulier, des droits sexuels et reproductifs des femmes, des filles et des communautés LGBTQI +, surtout lorsqu’elles sont victimes de violence, de marginalisation, de discrimination ou qu'elles font fassent à une situation de crise humanitaire. 

Le Conseil des droits de l'homme a consacré des procédures spéciales, des panels et des résolutions  qui ont conduit à des avancées majeures en matière de santé et de droits sexuels et reproductifs, spécifiquement dans les domaines des droits des femmes, des violences sexuelles et sexistes ou concernant l'orientation sexuelle et l'identité de genre, le mariage précoce et forcé, la violence et la discrimination à l'égard des femmes, la lutte contre le VIH / SIDA et les mutilations sexuelles féminines etc.

Anamaria Bejar, Directrice du plaidoyer de l'IPPF a déclaré: "Le Conseil des droits de l'homme est un pilier central de la responsabilité internationale concernant les violations des droits humains dans le monde entier. L'Examen Périodique Universel (EPU) en est un bon exemple. Le bilan des droits humains de tous les États a fait l'objet d'une évaluation entre pairs. C'est un moment clé pour que les Etats membres et la société civile s'engagent dans la protection et la réalisation de tous les droits humains au niveau de chaque pays. "

Pour le Planning, ce désengagement des Etats Unis constitue une nouvelle alerte pour les droits sexuels et reproductifs. Il montre la nécessité d'un engagement fort de la France  au niveau international.

Contact :

Véronique SEHIER 06 86 65 25 19 /veronique.sehier@planning-familial.org

www.planning-familial.org

*L'IPPF (International Planned Parenthood Federation) est un mouvement de la société civile organisé au niveau mondial dont fait partie le Planning Familial. L'IPPF travaille dans plus de 170 pays pour défendre la santé et les droits sexuels et reproductifs pour tous, et fournir des services en particulier auprès des populations les plus vulnérables.

Télécharger :