Corps

[En construction ]

Le programme national « Handicap et alors ? » (H&A), né en 2011 de l’expérience du Planning Familial, est ambitieux !

(Dans le Rhône, deux CCF et une sage-femme sont mobilisées pour mettre en place ces actions).

Plaçant la personne en situation de handicap au centre du travail social, il prévoit l’implication de tous les niveaux d’accompagnement de la personne dans sa mise en œuvre. Or, tous les Etablissements Sociaux et Médicaux Sociaux (ESMS) n’en sont pas au même stade dans l’application des lois de 2002 et de 2005 concernant le respect des choix de vie et de la sexualité.

Ce programme H&A se compose de 4 axes (public, familles/aidant-e-s, professionnel-le-s, institution), interdépendants et nécessaires pour une prise en compte réelle de la vie affective, relationnelle et sexuelle des personnes.

Ces actions s’inscrivent dans la continuité du travail qui était effectué depuis de nombreuses années avec certains établissements par le Planning Familial du Rhône, principalement via des séances collectives dans les structures ou dans nos murs et des accompagnements individuels ou de couple. Le développement des axes « familles/aidant-e-s », « professionnel-le-s » et « instituions » permettent de proposer une action plus approfondie.

Axe 1 : Les personnes en situation de handicap.

  • 18 séances de groupe de parole ou d’expression - 81 personnes rencontrées en 2018

Une 1ère rencontre d’information collective permet de faire connaissance, de présenter le Planning Familial et ses missions, de parler des thématiques qui pourront être abordées dans les séances. A l’issue de cette rencontre, les personnes peuvent s’inscrire pour participer à des groupes de parole ou d’expression et/ou faire le choix d’entretien individuel sur leur lieu de travail (ESAT), leur lieu d’hébergement ou au centre du Planning Familial.

Modalités des séances : 3 à 6 séances par groupe. Durée : de 1H à 1H30. Mixte ou non selon la demande des personnes. La non-mixité est fréquemment demandée avec un regroupement en mixité proposée sur la dernière séance.

Un résident, 43 ans, rapporte que dans son établissement où n’importe qui peut entrer dans sa chambre sans frapper “ se masturber ce n’est possible que sous la douche ”. Un jeune déclare que “ l’intimité ce serait d’être tout seul, tout nu dans sa chambre ”.

Il est fréquent que des adultes demandent un entretien individuel à l’issue d’une séance collective au cours de laquelle la question des violences a été abordée.

  • 62 entretiens individuels - 71 personnes en 2018

Pour beaucoup de personnes en situation de handicap, ces espaces d’écoute et de parole sont des temps privilégiés en raison de la confidentialité et d’une certaine neutralité qu’elles perçoivent par rapport aux professionnel-le-s de l’ESAT, du Foyer et des familles/aidant-e-s.

Comme dans n’importe quelle permanence du Planning, il est question de relation amoureuse, des 1ères fois, de contraception, d’avortement, de problèmes d’érection, de baisse ou d’absence de libido, de besoin et/ou « d’envie d’avoir une copine/un copain », de la peur de rencontrer quelqu’un-e et de ne pas savoir faire, de ne pas plaire, de ne pas être séduisant…de passer sa vie « célibataire », de ne pas avoir d’enfant.

D’autres personnes viennent parler de leur mal-être et de leur fatigue, voir de leur souffrance à l’ESAT, du fait de journées trop longues, de cadences et de postes de travail inadaptés, de décisions les concernant prises par les professionnel-le-s sans les avoir consulté-e-s, de manques de respect récurrents. On relève beaucoup d’ennui, de tristesse, de solitude.

Axe 2 : Les familles/aidant·e·s.

  • 3 rencontres - 19 familles/aidant·e·s en 2018

Ces rencontres proposées au début de l’action ont pour but :

  • de parler des thèmes qui seront abordés dans les groupes de parole et d’expression

  • de leur présenter les entretiens individuels comme lieu d’écoute pour leur enfant devenu adulte

  • de prendre en compte leurs difficultés pour accompagner leur enfant devenu adulte sur ces questions.

Axe 3 : Les professionnel-le-s des ESMS.

  • 10 séances de sensibilisation pour 65 professionnel-le-s en 2018

La 1ère rencontre avec l’équipe se fait souvent dans le cadre d’une réunion d’équipe au cours de laquelle le Planning va recueillir des informations sur la vie dans la structure, sur les personnes, les situations familiales, les besoins et les attentes. Tou-te-s les professionnel-le-s ne souhaitent pas s’engager dans ce projet mais l’adhésion de l’équipe reste cependant indispensable.

Les séances de sensibilisation sont des temps courts (3 fois 2 heures) permettant aux équipes de faire un travail sur l’écoute et leurs représentations de la sexualité pour être plus à l’aise et accueillir sans jugement les questions et demandes des personnes qu’elles accompagnent au quotidien. Certain-e-s professionnel-le-s deviennent « les référent-e-s vie affective et sexuelle » de l’équipe. Très souvent, illes envisagent de mettre en place des groupes de parole après s’être formé-e-s.

Axe 4 : L’institution

  • 11 rencontres institutionnelles en 2018

Ces rencontres permettent de mettre en place le partenariat, de s’assurer que la direction de l’établissement soutient le projet et de faire le bilan de l’action.

 

Abonnez-vous aux actualités du planning