Corps

L’éducation populaire est une démarche politique qui a pour objectif d’aboutir collectivement à une transformation sociale. C’est également une posture pédagogique qui remet en cause la hiérarchie des savoirs.

Le principe de l’éducation populaire est de rendre les personnes actrices de leur propre émancipation en prenant conscience des rapports de dominations qui les oppriment. En favorisant le dialogue et l’échange collectif, en permettant à chacune et chacun d’exprimer et de partager son expérience, l’éducation populaire donne aux personnes l’espace pour reconnaître et discuter des rapports de pouvoir, comme les inégalités de genre. Par exemple, c’est en créant des groupes de paroles que les femmes, dans les années 1970, ont réalisé qu’elles vivaient toutes des oppressions semblables dans l’espace domestique.

Prendre conscience des constructions sociales qui maintiennent les inégalités est une étape nécessaire pour s’en émanciper et pour développer un véritable pouvoir d’agir, à la fois individuel et collectif. Cela donne aux personnes les moyens de se mobiliser collectivement pour transformer la société, revendiquer des droits, proposer des alternatives.

Selon cette démarche d’éducation populaire, le Planning Familial place donc les personnes au cœur de ses actions, convaincu qu’elles peuvent être des actrices conscientes de leurs choix. Sans hiérarchie des connaissances, le savoir de chaque personne doit être considéré, qu’il soit issu théorique ou issu de l’expérience vécue. C’est ainsi donc en encourageant la participation des personnes que le Planning construit et portent avec elles ses revendications et ses luttes sociales.

Et pour aller plus loin, quelques références :

  • La Trouvaille, Éducation populaire et féminisme. Récits d’un combat (trop) ordinaire. Analyses et stratégies pour l’égalité, 2016 ;
  • Christian Maurel, Éducation populaire et travail de la culture. Eléments d’une théorie de la praxis, Paris, L’Harmattan, 2000.

Abonnez-vous aux actualités du planning