Corps

Cette année, la journée du 8 mars à Toulon a débuté au lycée Dumont d'Urville, avec un groupe de lycéen-nes militant-es et motivé-es, accompagné-es d'associations (Le Planning Familial Varois, le Collectif fiertés Toulon...), des syndicats et de toulonnais-es motivé-es !! Le but de la marche était de se diriger vers les anciennes halles de la ville, tout juste rénovées. Ces halles ont une histoire symbolique, puisqu'elles avaient été nommées en 1956 du nom d'une résistante française et vendeuse dans ces mêmes halles : Esther Poggio. Cette femme avait été fusillée sans jugement en 1944 à Nice, suite à ses activités de résistante. 

pancartes des manifestant-es et des bénévoles du Planning lors de la manif !
pancartes des manifestant-es et des bénévoles du Planning lors de la manif !
pancartes des manifestant-es et des bénévoles du Planning lors de la manif !
​​​​​
​​​​​
groupe de lycéen-nes militant-es devant leur lycée pour le 8 mars
groupe de lycéen-nes militant-es devant leur lycée pour le 8 mars
groupe de lycéen-nes militant-es devant leur lycée pour le 8 mars

Si la marche a eu pour but final ces halles, c'est pour en défendre son nom, qui, suite aux travaux doit être abandonné pour le nom "Biltoki". Cette invisibilisation constante des femmes dans les lieux publics n'est plus acceptable. Ainsi, dans la même idée de réappropriation et de visibilisation des femmes dans l'espace public, de nouvelles plaques de rues aux noms de femmes ont été collées tous le long de la marche.

collages d'affiches avec des noms de femmes sous les pancartes actuelles des noms des rues, toutes nommant des hommes...
collages d'affiches avec des noms de femmes sous les pancartes actuelles des noms des rues, toutes nommant des hommes...

La marche s'est conclue sur un discours d'une co-présidente du Planning Familial Varois, puis par un moment festif musical de danses et de rires devant les halles. 

Le 8 Mars n'est qu'un seul jour dédié à une lutte quotidienne.

Abonnez-vous aux actualités du planning